Votre panier
 
Recherche

Bien choisir son mandrin


Le mandrin est un équipement majeur, son choix doit être réfléchi car il conditionne les possibilités de la machine et il contribue à la sécurité de l’utilisateur. Nous vous proposons d’abord de comparer les différents types, pour vous permettre de définir correctement votre besoin.

1. Le rapprt masse - puissance
Cette notion souvent oubliée, doit être prise en considération, en s’appuyant sur une réflexion simple et logique. Nous vous avons présenté dans les pages précédentes, une gamme complète de tours à bois de capacité et de puissance différentes. Nous attirons votre attention sur la nécessité de marier correctement la masse du mandrin avec la puissance de votre machine. Un petit tour d’établi ne pourra pas tirer parti des capacités d’un gros mandrin, à l’inverse, une machine puissante doit être équipée d’un mandrin correspondant à ses performances.

2. Le nombre de mors
Les mandrins de tour à bois doivent avoir quatre mors et une large surface de serrage. Ces deux caractéristiques sont essentielles. Le bois est un matériau compressible, il nécessite le respect de certaines conditions. Les mandrins à trois mors, conçus pour le serrage des métaux, doivent être proscrits sur un tour à bois. Leur force de serrage est importante, mais les mors sont trop étroits et ils pénètrent dans le bois. Après quelques minutes d’utilisation, le bois se détend et la pièce risque de ne plus tenir suffisamment, voire même d’être éjectée.

3. Le type de serrage
a. Serrage concentrique : c’est de loin le plus employé. Il permet de serrer la pièce en la positionnant automatiquement à l’axe du tour.
b. Serrages indépendants : sur ce type de mandrin, chaque mors est indépendant. Le serrage s’effectue par une vis à pas fin, qui actionne l’avance de chaque mors. On utilise ce principe uniquement pour fixer des pièces de section rectangulaire ou difforme. La mise en place est longue et le centrage est difficile à obtenir.

4. Le type de mandrin
Plusieurs types existent pour des utilisations différentes.
a. Le mandrin universel : comme son nom l’indique, il est destiné à tous les types de pièces. Équipé de mors couvrant un large éventail de diamètres, en extension comme en compression, il est capable de maintenir sans distinction, une pièce cylindrique, une pièce carrée ou un morceau de bois à l’état brut. Il offre de nombreuses possibilités et sa mise en oeuvre est simple et rapide.
b. Le mandrin de reprise : contrairement au mandrin universel, il est destiné exclusivement à la reprise de pièces sur un diamètre de tournage déjà usiné. Prenons le cas d’une coupe, l’extérieur est tourné et il faut maintenant creuser l’intérieur. La fixation se fait alors sur une empreinte, mâle ou femelle, réalisée durant le tournage extérieur. Pour effectuer ce retournement dans de bonnes conditions, le mandrin doit être capable de maintenir la pièce avec un bon centrage. Pour cela, le mandrin de reprise possède des mors qui couvrent la presque totalité du périmètre de serrage. Cette large couverture assure la concentricité, à condition que le diamètre de reprise corresponde au diamètre des mors de serrage utilisés. Il faut plusieurs jeux de mors pour répondre aux différents diamètres de pièces. L’équipement d’un mandrin de reprise est conséquent et son usage est limité.
c. Le mandrin mixte : c’est la tendance actuelle qui consiste à proposer un mandrin, capable de serrer une pièce brute et réaliser une reprise d’usinage. La précision des mandrins actuels et l’interchangeabilité des mors autorisent cette double possibilité. Plusieurs mors et accessoires sont disponibles pour s’adapter aux différents usinages à réaliser. Le mandrin est à usage mixte lorsqu’il propose un choix suffisamment important de modèles de mors.
d. Le mandrin pneumatique : certains fabricants proposent des mandrins à serrage par dépression. La pièce est fixée par aspiration, aspiration réalisée par une pompe à vide. Le principe est séduisant, mais il se limite à certaines formes de pièces et le coût de la centrale de dépression rend l’investissement difficile, sauf pour un professionnel.
e. Les mandrins spécifiques : le tour à bois autorise de nombreux usinages. Plusieurs tourneurs professionnels ont développé des mandrins spéciaux pour répondre à leur style de tournage. Le mandrin à rotule de Jean-François Escoulen en est un exemple. C’est une voie intéressante pour un tourneur ayant une certaine expérience. Il peut alors entreprendre la réalisation de pièces originales, pour lesquelles la techniquese mêle à la création.
Paiement sécurisé
En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin de nous permettre d’améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus OK