Votre panier
 
Recherche
Réalisations de Daniel Pouzet


Après quelque 1 000 heures de travail, Daniel Pouzet, habitant à Vouillé, est en train de mettre sous cloche un petit joyau : une maquette des vieilles halles de Latillé, datant du règne de Louis XIV Le Grand. "Latillé Actualités" sacre le Vouglaisien, un authentique artiste au parcours atypique. Un maquettiste Roi Soleil !

Toutes les histoires commencent par "Il était une fois". Ici encore, le conte est bon et se termine bien.

Donc, il était une fois, à Latillé, l'association "Les Amis du Bourg" qui décide, en 2009, soit sept ans après sa création, de plonger dans les archives locales. Et pas seulement pour dépoussiérer le passé, mais pour enrichir et valoriser l'histoire locale (Voir le site Les Amis du Bourg et leurs articles sur "Latillé Info" pages 9 et 10). Leur culture patrimoniale et la nôtre.

Avec la bénédiction du maire, Simon Brie, et de son conseil municipal, la présidente des "Amis", Arlette Pruvot, Florence Marmain, par ailleurs adjointe au premier magistrat, Michèle Billard, Michel Allery et Michel Cacault -pardon à ceux qui seraient oubliés- entreprennent un véritable travail de fourmi. Tri et classement vont bon train sur les rails d'un travail de l'ombre qui n'en était jamais sorti -de l'ombre !- avant leur initiative. Le taf ne manque pas.
Deux histoires en une

Il était une fois, Daniel Pouzet, un ancien Latiliacois "passé à l'ennemi" -humour que les moins de 20 ans ne pourront peut-être pas comprendre- à l'âge de 7 ans, après avoir fait ses premiers pas à "La Tournerie" de Benassay. C'est, en effet, à Vouillé que l'ami Daniel va se réaliser une fois quittés les bancs du collège de Neuville-de-Poitou. Un apprentissage comme peintre en bâtiment, une saleté de maladie à 17 ans, au cours de laquelle les médecins de l'époque ne lui donnent pas plus de six mois à vivre, et voilà notre homme qui terminera sa carrière professionnelle après 42 ans de bons et loyaux services dans...le funéraire. Même au téléphone, le diagnostique est sensible. On perçoit et on ressent de l'émotion dans sa voix lorsque Daniel Pouzet livre les tout premiers prémices de sa vocation artistique. "J'avais l'intention de m'inscrire aux Beaux-Arts, mais j'ai renoncé assume-t-il. Un mois d'école correspondait à six mois de salaire de mon père, et nous étions six enfants..." Pas besoin de référendum familial pour entériner le non.
Les deux histoires, celle des "Amis" et celle de Daniel, ne vont bientôt en faire qu'une seule.

Un plan de 1640

Il y a trois ou quatre ans, le maquettiste de cœur, de passion et de talent, avait réalisé une petite sœur de la fontaine, symbole de Latillé. Florence Marmain et ses amis ont donc tout naturellement pensé à lui lorsqu'ils dégotèrent un plan des vieilles halles de 1640, qui avaient été érigées sur la place du célèbre marché et de ses non moins célèbres foires. Tape-là, l'ami, marché conclu ! Gratuitement. Parce que, outre sa modestie, -" n'en fais pas trop car je n'aime pas beaucoup que l'on parle de moi ni tirer de quelconques honneurs. Je suis un passionné. Je réalise des maquettes avant tout pour mon plaisir " - Daniel est un "grand malade" du modèle réduit. Ce dernier de Latillé est sa 27è réalisation en 25 ans. Où a-t-il attrapé le virus ? L'ancien sapeur-pompier de Vouillé (30 ans),dont 15 ans en qualité de chef de Corps, dévoile comment la période d'incubation s'est installée. "Je venais de suivre une formation en sauvetage et déblaiement à Montmorillon. Il me fallait transmettre aux gars ce que j'avais appris... J'ai fait une maquette." Ce qui n'était pas du tout évident le devient, avec en tête la frustration sans doute de n'avoir pas goûté aux Beaux-Arts, et Daniel va s'enflammer en entretenant les braises de son exaltation lors de ses visites à ModelExpo de Neuville. Le traitement a fait de l'effet. Daniel, quant à lui, a fait résilience.

Convertir et réussir

Muni d'une copie du plan des halles de Latillé, Daniel Pouzet doit maintenant se transformer en mathématicien. La surface est en toises, pieds et pouces (1). Il lui faut convertir en centimètres pour réaliser une maquette au 1/33è. Soit des halles réduites à 1,60 mètre de longueur, 0,45 m de largeur et 0,25 à 0,30 m de hauteur. L'ossature et la charpente du marché couvert vont être réalisées en sapin du Nord. Pour le mortaisage et le chevillage de l'ensemble, Daniel va utiliser des mèches à téton. Quelque 600 heures de travail plus loin, le Vouglaisien "attaque" la couverture. "J'ai confectionné moi-même 10.000 tuiles en argile auto-cuisante et j'en ai posé exactement 9.612 à l'aide d'un pistolet à colle en cartouche." Chapeau l'artiste !

Chapeau, car le résultat final est absolument somptueux. Finalité qui scelle une passion et une précision de main de maître ainsi qu'un talent qui se doit d'être connu et reconnu même si Daniel n'est guère partisan de la gloriole. Il offre "sa" maquette à la commune de Latillé, exceptée la bulle en Plexiglas® qui abrite les vieilles halles et leur habillage. Cette maquette sera présentée aux élus, personnels et autres responsables des associations locales, le vendredi 3 janvier 2014, lors de la cérémonie des vœux du maire et du conseil municipal qui se déroulera à partir de 18 h

30 à la salle des fêtes.

Voilà comment l'Ami vouglaisien, ami avec un grand "A",  en est arrivé à réduire les halles de Latillé. Il est le roi parmi les rois de cette magnifique histoire. Lui et les autres peuvent rayonner de satisfaction et de plaisir, et accepter nos plus sincères félicitations pour cette conjugaison réussie du passé avec le présent. Un chef d'œuvre ! "Il était une fois..."

Philippe Rivière

Paiement sécurisé
En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin de nous permettre d’améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus OK