Votre panier
 
Recherche

La sécurité face à la toupie

La toupie est certainement la machine la plus spectaculaire dans le travail du bois mais elle fait peur. Certes, il n’est pas rare de rencontrer un professionnel auquel il manque une ou plusieurs phalanges, mais il n’y a pas de fatalité. L’accident est dû à l’inattention et souvent à la trop grande confiance en soi. Ne vous dites pas : « Je ne touche pas à la toupie car je vais me couper les doigts ! ». Soyez simplement attentif et respectez scrupuleusement les règles de sécurité.

1. Le rejet
C’est la cause principale des accidents de toupie. La pièce est lancée violemment vers l’arrière, sans que l’on ait le temps de réagir, à cause de la rotation rapide de la toupie. En cas de rejet la pièce peut être propulsée à plus de 200 km/h.

2. Les causes principales
On a trop longtemps pensé que seuls les noeuds étaient responsables des rejets. Ils peuvent évidemment y contribuer, notamment lorsqu’ils se détachent pendant l’usinage, mais d’autres raisons peuvent en être la cause :
a. Un fer ou une plaquette qui se desserre. Avant de mettre en route votre machine, assurez-vous que votre outil est convenablement fixé sur l’arbre et que tous les fers, contre-fers et plaquettes sont bien positionnés et bien fixés.
Attention : bien fixé ne veut pas dire que vous devez serrer toutes les vis de blocage de façon excessive. Une vis trop serrée peut casser et ce n’est pas le but recherché. Utilisez uniquement les clés de serrage fournies avec le matériel. La dimension des clés est étudiée pour exercer le couple de serrage idéal.
b. Le carter de protection doit être convenablement fixé. S’il recule en cours de travail, vous avez gagné un rejet gratuit !
c. Pour le travail en dessous, vérifiez le presseur vertical. Il ne doit pas se trouver audessus de l’outil mais à la verticale de la table. Si la profondeur de passe est importante, n’hésitez pas à faire deux passes pour éviter la brûlure et le bourrage.
d. Pour le travail par-dessus. Assurez un contact parfait de la pièce sur la table de la toupie. Si la pièce se soulève, l’outil risque de s’engager et le rejet est assuré.
e. Un outil mal affûté travaille mal. Il réalise un mauvais état de surface et il est souvent dangereux.
f. La trop grande confiance en soi. C’est un risque indiscutable arrivant avec l’expérience. Un an, deux ans, trois ans de toupillage sans problème et c’est au moment ou l’on relâche son attention que l’accident peut arriver.

3. Les dangers
La main gauche est la plus exposée car elle se trouve trop souvent en aval de l’outil. En cas de rejet, la main est entraînée vers l’arrière avec le risque de passer sur l’outil. La trajectoire suivie par la pièce en cas de rejet doit être prise en compte. Toute personne se trouvant sur cette trajectoire risque une blessure grave.

4. Les précautions à prendre
a. Ne vous placez jamais derrière la pièce mais devant la table de toupie.
b. Placez votre machine pour que la zone de rejet ne soit pas dirigée vers des personnes, une baie vitrée, un objet lourd pouvant basculer.
c. Avant de mettre en route, vérifiez la bonne fixation des outils, fers, contre-fers et plaquettes. Contrôlez la position et le maintien du carter de protection, la position des protecteurs et la bonne mise en place des presseurs.Avant d’appuyer sur le bouton Marche, faites tourner l’arbre à la main en vérifiant que l’outil tourne librement.
d. Respectez la vitesse de rotation de chaque outil en fonction du travail, de votre
machine et de la qualité du bois.
e. Choisissez de préférence les outils avec contre-fers ou limiteur de profondeur.
f. Assurez-vous de la qualité d’affûtage des fers. N’hésitez pas à les porter chez l’affûteur
ou à changer les plaquettes de coupe.
g. Privilégiez le travail en dessous. La pièce en recouvrant l’outil fait office de protecteur.
h. Nettoyez et lubrifiez votre table de machine pour faciliter le glissement et l’avance régulière de la pièce. Utilisez pour cela des produits sans silicone.
i. Pour l’usinage des pièces courtes, assurez-vous que l’espace entre les guides et l’outil est réduit au maximum. Confectionnez un guide complémentaire.
j. Pour les pièces longues, utilisez une ou deux servantes pour maintenir la porte à faux.
k. Utilisez toujours des accessoires en bon état de fonctionnement et correspondant au travail en cours. Les presses pour la fixation des guides et des cales de butées doivent être des presses dites en « C », les seules qui ne risquent pas de se desserrer.
l. Dosez les profondeurs de passe en fonction de la puissance de votre machine. Ne dépassez jamais ses capacités. Mieux vaut renoncer que prendre un risque.
m. Pour les usinages délicats : départ arrêté, moulurage en butée, simulez les mouvements à l’arrêt avant la mise en route.
n. Soyez toujours attentif. Si votre téléphone sonne, si l’on frappe à votre porte : avant de remettre en route, refaites un examen rapide pour vous remettre en bonne condition de concentration. Si vous prenez en compte ces conseils, vous travaillerez en confiance, en vous faisant plaisir et vous apprécierez cette merveilleuse machine que l’on appelle la toupie.
Paiement sécurisé
En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin de nous permettre d’améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus OK